Guerre bactériologique…


Posted in A part,Ma vie au boulot by mavieaub - Juil 22, 2010

La nouvelle est tombée un petit peu partout ces derniers temps, il serait moins dangereux, bactériologiquement parlant, de manger sur la cuvette des chiottes que de se servir de son téléphone portable comme d’une cuillère…
Au delà de l’aspect révolutionnaire de cette information (rendez vous compte, on peut manger sur ses chiottes sans risque, si ça ce n’est pas une avancée majeure pour l’homme), et au delà des heures qu’ont du passer de jeunes chercheurs en quête de gloire, je me demande surtout qui cela intéresse, et qui cela étonne vraiment…
Les bactéries nous emmerdent, n’ayons pas peur des mots, elles sont là, partout, et nous crachent à la gueule leur gastro ou leur grippe A! Et nous qu’avons nous pour nous défendre? De l’eau de javel et de la lotion antibactérienne qui sent mauvais. La guerre est donc perdue d’avance.
Pour en revenir à la conclusion de cette étude scientifique, il m’arrive (le « il » n’étant ici pas forcément le « je », ceci est un hommage à ma femme de ménage, mais chut il ne faut pas dire que j’ai une femme de ménage sinon personne ne m’enverra de sous pensant que je n’en ai pas besoin) souvent de nettoyer mes chiottes avec de la javel, javel qui s’entremêle et danse dans les nuées d’eau bleue laissées par le joli petit cube anti-bactéries s’exposant fièrement au mieux de la cuvette à toute personne se rendant dans mes toilettes. Tout ça pour dire que mes chiottes sont propres, et anti-bactériesées régulièrement pour la simple et bonne raison que le pipi et le caca c’est sale et ça sent mauvais, tout le monde le sait.
Pour ce qui est de mon téléphone, il traîne dans ma poche, sur ma table, il tombe par terre, passe dans mon sac, puis vient dans ma main, main que j’ai tendu à 15 personnes au moins depuis ce matin, main qui m’a retenu dans le train et dans le métro, s’agrippant fermement aux barres prévues à cet effet. Et pour le bon fonctionnement de ce dernier (mon téléphone donc), je ne l’ai jamais débactérifié en le plongeant dans une solution aqueuse à base d’eau de javel (même sans eau de javel d’ailleurs), je suis donc en mesure d’affirmer que mon téléphone est dégueulasse, même s’il brille, et je n’avais pas besoin de la science de la peur pour le savoir.
Bref, voilà, sans jamais y avoir pensé, je savais déjà que mon téléphone abritait plus de bactéries que la cuvette des chiottes, surtout depuis que j’ai lu que les cacahouètes qu’on trouve dans tous les bons bars contiennent des traces d’excrément humain, cacahuète que je mange quand même parce que voilà, c’est bon, et c’est pas Jean Claude Van Damme qui me contredira.

Juil
22