Faut-il abattre les présentéistes, et éradiquer par la même tout ce qui se rapporte au présentéisme ?


Posted in Ma vie au boulot by mavieaub - Jan 28, 2013

presenteiste_presenteisme_travail_entreprise

« T’as pris ton après-midi ? »
« Mais va mourir, peau de truie »

Oui, il m’arrive parfois d’être violent, mais il faut bien qu’ils comprennent que d’une part je fais ce que je veux, et que d’autre part je fais encore plus ce que je veux. 🙂

Les nazes qui restent au boulot juste pour être vue sont plus nombreux qu’on ne le pense, et ce phénomène à tendance à s’amplifier en open space.

Ce qui me fait plaisir, c’est que ce phénomène bien connu en France (mais pas que) tend à montrer ses limites comme l’a si bien souligné cet article.

Les présentéistes ne sont rien de plus que des Jean Foutre, qui restent au boulot dans le seul but d’être vu, et ce indépendamment du travail fait, ou à faire.

Rester pour être vu, espérant une hypothétique promotion, comme si seul comptait le temps de présence, et non pas le travail effectué (qualitatif ou non, c’est un autre sujet). Car c’est bien ce qui se passe, les gens qui osent (sacrilège) partir à des horaires décentes sont systématiquement regardés de travers, moqués, sous le ton de la bonne blague qui fait beaucoup rigoler « t’as pris ton après-midi », mais cela cache un vrai problème. Deux en fait.

Premièrement, Les gens qui restent tard au travail ne sont pas ceux qui bossent le plus, ni le mieux d’ailleurs. J’en connais qui restent jusqu’à pas d’heure, le regard figé sur leur écran, l’air sérieux, pensif, comme si l’avenir de la société dépendait de leur coup de molette ou de leur coup de clic vif et précis.

Ceux-là finissent par confondre les heures de boulot avec les heures de repos, et passent le plus clair de leur temps sur intertruc. Comme ils ont l’air investi dans ce qu’ils font, personne ne leur dit rien, et pourtant… En clair, ils sont là mais n’en foutent pas une. C’est exactement ce que pointe l’étude dont j’ai parlé plus haut.

Deuxièmement, le vrai problème, la raison de tout ça.
Pourquoi doit-on rester plus longtemps que les autres ?
Qu’est-ce qui justifie cela ?
Pourquoi rentrer tard chez soit devrait être la norme ?

Je parle pour moi, pour la simple et bonne raison que je suis la personne que je connais le mieux, j’ai un boulot à faire, un vrai boulot avec des livrables à rendre, des échéances, des indicateurs, du pipo et tout et tout, bref, j’ai du travail.
Ce travail je le fais, je dirai même que j’essaye de le faire bien (et je m’excuse tout de suite auprès de mes fans qui sont persuadés que je passe mes journées à manger et à dormir), mais je le fais dans ce que j’estime être le temps normal de travail. Je suis au taf à 9h du mat’, je ne sors que rarement le midi, je ne fais pas 27 pauses café par jour (pour la simple et bonne raison que je ne bois pas de café en journée ca réveille), et je pars à 18h parce que j’ai une vie en dehors du boulot. Bref, je fais mes heures, mais pas plus.

Je ne vois aucune bonne raison de rester plus longtemps au boulot. La promotion ne venant de toute façon pas avec le nombre d’heures supplémentaires effectuées mais avec une attitude que je me refuse aussi à avoir. Alors quand on ose me dire que je pars tôt, quand il est 18h et qu’il me reste 1h15 de transports en communs pour rentrer chez moi, en général je le prends mal.

Je ne vois pas pourquoi ce serait mieux vu de partir après son chef, pour montrer qu’on reste tard. C’est lui le chef après tout, il peut bien rester jusqu’à 23h, je m’en cogne.

J’entends déjà les réactions « ouais mais moi si je reste tard, c’est pas pour faire de la présence, c’est parce que j’ai du boulot à ne savoir qu’en faire ». A ceux là je dirai bien fait pour vous.
Que ce soit bien clair, il m’est arrivé de bosser tard (très tard même), et je suis même déjà venu travailler les week ends, à l’œil. C’est pas formidable ça. Et en retour j’ai eu droit à … rien.
Même pas un merci.
Donc maintenant je me casse à 18h, boulot fini ou non. S’il n’est pas fini c’est qu’on ne pouvait pas le finir dans le temps imparti, il y avait donc eu une mauvaise planification à la base, ou un retroplanning foireux de plus. Le coupable est donc mon chef, ou son chef, mais pas moi.

Bref, je ne quitte jamais tard, ceux qui restent tard pour être bien vu m’exaspèrent et ceux qui restent tard parce qu‘ils ont du boulot ras la gueule devraient se rebeller.

Et vous ? Z’en pensez quoi ?

Jan
28