Le chef a toujours raison… #inktober


Posted in Ma vie au boulot by mavieaub - Oct 26, 2017

Profitons du inktober pour parler un peu gestion de projet.

En fait non, je ne vais pas en parler, un dessin valant largement un long discours.

inktober_gestion_projet_navire

A bientôt les zaminches.

Oct
26

Formation à la méthode Agile


Posted in Ma vie au boulot by mavieaub - Juil 10, 2015

Aujourd’hui je vais suivre une formation à la méthode Agile…

gestion_projet_methode_agile

Pour ceux qui ne le saurait pas, la méthode Agile est utilisée entre autre dans l’informatique pour la réalisation de projets. Un des principes de base est la réduction du temps de développement et l’avancement par lots et de manière itérative.
En gros on commence par développer une base qui fonctionne, puis on ajoute des briques au fur et à mesure en s’adaptant aux besoins des clients.
C’est l’inverse de ce qu’on faisait avant, à savoir dire oui aux besoins approximatifs des clients et partir pour des mois de développements pour se rendre compte à la fin que :
– l’application est bourrée de bugs
– elle ne correspond pas aux besoins réels des clients.

Bref, la méthode Agile, s’est juste du bon sens, sur lequel des mecs ont décidé de mettre un nom et tout un tas de règles pour bien respecter la méthode. Du pipoflutte quoi. 🙂

Juil
10

TER trop large – le vrai visage de la gestion de projet


Posted in Ma vie au boulot by mavieaub - Mai 21, 2014

Pour faire un résumé de la situation à ceux qui ne seraient pas au courant, la SNCF a fait une énorme bourde, tellement énorme que j’en rigole encore.

En gros, et pour faire simple, la SNCF a commandé 2000 rames de TER toutes neuves, et ils se sont rendu compte après coup que les rames étaient trop larges pour passer dans les quais de quelques 1300 gares.

Donc ils vont devoir raboter ses 1300 quais pour que les trains puissent à nouveau circuler.
Le coût de l’opération se chiffre en millions, bien entendu.

Je me marre…

Ce matin tous les journaux en parlent, et se disent en coeur que ce n’est pas possible d’être aussi bête. Quand on commande des nouveaux trains, on s’assure qu’ils sont aux bonnes dimensions.

gestion_de_projet_SNCF

Et pourtant, sans le savoir, le monde vient de découvrir la bêtise inhérente à la gestion de projet.

Ce qu’est en train de vivre la SNCF, c’est ce que vivent chaque jour toutes les entreprises.

Alors oui, on est là à un autre niveau, mais sur le fond c’est la même chose.

Pas plus tard qu’il n’y a pas longtemps, on m’a contacté au boulot parce que l’application toute neuve qui venait d’être développée ne marchait pas sur les PC des utilisateurs.
La raison était toute simple, il manquait sur le poste de tous les utilisateurs un module qui permettait à l’application de fonctionner.
Il a donc fallu installer dans l’urgence ce fameux module (payant) sur tous les postes.
C’était ça ou jeter à la poubelle la nouvelle application.

Et encore, cette fois ci l’application en question semblait bien répondre à un besoin.
Parce que j’ai aussi connu le coup de l’application toute neuve qu’on installe de force sur les postes des utilisateurs mais qui ne reprend qu’une partie des fonctionnalités de l’application qu’elle remplace.
Résultat, les utilisateurs sont obligés de réinstaller l’ancienne application et de jongler avec les 2 car il n’est pas pensable de ne pas utiliser la nouvelle.

Bref, les projets en entreprise c’est une blague permanente en partie parce que les différentes parties prenantes ne savent plus communiquer, ou passent leur temps à chercher à se protéger plutôt qu’à chercher des solutions.

A partir du moment où les chefs cherchent plus à être bien vu par leur grand chef, sans jamais faire la moindre vague, dans l’espoir d’avoir une formidable évolution de carrière, sans jamais penser à la pertinence des demandes venant d’en haut, ou à la faisabilité technique ou fonctionnelle de ces mêmes demandes.

A partir de ce moment-là, on sait qu’on va dans le mur.

Mai
21

Quand les procédures ruinent tout esprit d’initiative en entreprise


Posted in Ma vie au boulot by mavieaub - Mai 12, 2014

La mise en place de procédures est soit disant une obligation en entreprise.

Ces procédures, généralement regroupées dans le référentiel des procédures, sont censées permettre d’améliorer au choix le développement de nouveaux projets, la vie courantes des projets existants, la vie en entreprise, …

Comme ils le disent si bien dans les présentations officielles, ces méthodes sont destinées à réduire les temps de production et à optimiser la qualité des produits commercialisés ou délivrés.

En d’autres termes, suivre les procédures implique la réussite du projet…

La bonne blague…

Les projets en retards, abandonnés, les mecs qui se battent tous les jours pour essayer de faire avancer leur boulot sans frapper les gêneurs doivent bien rigoler.

Concrètement les procédures servent surtout surtout à rigidifier, établir des règles, des étapes obligatoires sans lesquelles rien ne se fait.

Si par exemple je veux développer une petite application pour présenter des indicateurs et que pour ça j’ai besoin d’une base de données, je dois passer par des architectes fonctionnels, des architectes techniques, des responsables sécurités, des responsables groupes, des responsables méthodologie, le responsables qualité qui me donnera tout un tas de documents à remplir que je devrai faire valider, puis que je devrai présenter en commission technique puis en commission budgétaire, ce qui permettra de faire valider le fait que c’est trop tard, ma base de donnée je n’en ai plus besoin, mes indicateurs non plus.

procedure_en_entreprise_ma_vie_au_boulot

Les procédures étant la norme, on ne peut rien faire en dehors de ce cadre aussi précis que strict.
Toute idée ou initiative sortant de ce cadre sera retoquée. De quoi motiver les travailleurs, c’est sûr…

Alors je ne dis pas qu’il faut tuer en enterrer la méthode, mais je pense que laisser sa place à l’initiative et aux idées peut permettre de remotiver les troupes.

Sur ces belles paroles pleines de sagesse, bonne semaine de travail à tous!

Mai
12

Savoir déchiffrer les paroles de votre chef.


Posted in Ma vie au boulot by mavieaub - Mai 14, 2013

Tout le monde sait déchiffrer une annonce de ce type :

 » Petit studio au charme atypique au dernier étage d’un immeuble ancien situé dans une rue très calme de Paris  »

    Petit studio signifie que c’est construit autour du lit.
    Charme atypique nous promet des heures de peintures, de plomberie et d’électricité pour rendre l’endroit vivable.
    Dernier étage d’un immeuble ancien nous apprend que le studio est sous les toits – donc chaud en été et froid en hiver – , sans ascenseur et qu’il faudra payer le ravalement de façade de l’immeuble sous peu.
    Situé dans une rue très calme de Paris veut dire que c’est loin du métro, et qu’il n’y a absolument aucun commerce de proximité.

Et bien tout comme les petites annonces immobilières peuvent être trompeuses, ce que vous dit votre chef peut avoir une signification toute autre.

Pour votre santé morale, il faut donc savoir déchiffrer les paroles de son chef au boulot, c’est très important ! Et moi, comme je suis un gars sympa, je vais vous donner quelques exemples.

Ainsi, lorsque votre chef vous annonce

 » Je t’ai positionné sur un projet ambitieux, stratégique que je ne pouvais pas confier à n’importe qui. C’est un beau projet, visible, si tu y arrives ca pourra t’aider pour ta carrière  »

we need you

Il faut comprendre :

    je t’ai positionné, ca c’est clair, c’est juste que le chef a décidé qu’on bosserait sur le projet en question, et qu’on n’a absolument pas le choix.
    Un projet ambitieux veut tout simplement dire qu’il y a beaucoup de travail de prévu, et encore plus de travail imprévu parce que l’estimation a été faite par un Jean Foutre. En bref, il va y avoir le feu en permanence et de grandes chances pour que les deadlines soient explosées.
    Stratégique signifie juste que c’est la mode en ce moment. Un grand chef quelconque a du entendre parler d’un truc chez les concurrents, et il veut la même chose, que cela ait un intérêt ou non pour son business.
    Le fait qu’il ne puisse pas le confier à n’importe qui c’est simplement qu’il a déjà essayé de le refourguer à pas mal de monde et qu’à chaque fois ils ont refusé.
    C’est un beau projet veut dire qu’il y a beaucoup de boulot, et visible signifie que tout le monde regarde et attend avec délectation que le chef de projet se plante en beauté pour pouvoir couper la tête du coupable.
    Ca pourra aider ta carrière rajoute une couche sur le fait que si le projet n’arrive pas dans les temps, ce qui sera forcément le cas, tu pourras dire au revoir à ta promotion.

En résumé, il faut fuir ce projet comme la peste. 🙂

Voilà, et des exemples comme celui-ci, il y en a plein d’autres.

D’ailleurs, n’hésitez pas à donner d’autres exemples dans les commentaires.

Mai
14

A la fin d’un projet, faut-il archiver ses dossiers ?


Posted in A part by mavieaub - Fév 15, 2013

Encore un article inspiré du blog du freelance, et qui m’a inspiré l’illustration du jour.

20130215-124250.jpg

La remarque à l’orginir de l’article est on ne peut plus juste, du début à sa finalisation, un projet génère beaucoup de documents et d’informations : compte-rendus, briefs, emails, rapports, reporting, specification fonctionnelles et techniques, …

Que faire de toutes ses informations une fois le projet terminé ?

Faut-il les archiver, et si oui, comment ? Quels sont les outils qui peuvent nous aider ?

En bref, plein de belles questions pour lesquelles je n’ai pas vraiment de réponse, comme d’habitude, mais des propositions pleines de bon sens.

Premièrement il faut distinguer les types de documents, il y a des documents papiers et des documents electroniques, des documents importants, parfois contractuels, et des document de travail.

Pas la peine d’avoir fait de longues études pour comprendre qu’à la fin d’un projet, tout se qui n’est pas important peut être bazardé. Les documents de travails, les mails d’échange, les expression de besoin, les notes… Ca fait déjà tout un tas de truc à foutre en l’air et qui ne nous encombrera plus.

En ce qui concerne les documents « importants », la question peut se poser. Doit-on garder par exemple les spécifications techniques détaillées d’un projet sur lequel on a bossé? Et le contrat ? Et le PV de recette fonctionnelle validant la mise en production d’un projet ?

A l’heure du tout électronique, j’aurai tendance à dire que si vous avez le document en mail, faite une archive de vos mails « importants » et conservez cette archive. Balancez le papier!

Si vous êtes freelance, ou prestataire et que vous changez régulièrement de mission, soyons honnêtes, même garder l’archive ne sert à rien.
J’ai longtemps fait ça, pensant que ce que j’avais fait sur ma mission précédente pourrait me servir sur ma nouvelle mission.

Pipo-flutte!

Je n’ai jamais relu un seul de mes documents, tant chaque mission est différente. A la limite on peut conserver les modèles de documents, mais même là, chaque entreprise à ses propres modèles, sa façon de travailler, pas simple d’arriver avec son propre modèle et de l’imposer.

J’ai aussi gardé tous mes cahiers de notes, j’ai 13 ans de cahier quelque part chez moi. Et je peux vous assurer que ca ne sert à rien. Je n’ai jamais relu une seule fois mes cahiers. Sauf que moi j’ai une raison, mes cahiers sont également remplis de dessins, et je ne garde pas les notes, mais mes gribouillis. Il m’arrive donc parfois de feuilleter un cahier au pif pour retomber avec plaisir sur mes dessins du moment.

A la question « faut-il conserver ses archives à la fin d’un projet », je répondrai donc que si ca vous fait plaisir, conserver des archives électronique light quelque part, et foutez le reste à la benne.

J’aurai même tendance à penser que comme à la fin de l’école, il ne faut pas hésiter à faire un feu de camp avec vos notes, comme vous l’aviez fait avec vos cours. (bon, moi je ne l’ai pas fait, mais c’est parce que j’ai plein de dessins sur mes cahiers de cours)

Bon week end les zaminches.

Fév
15

De l’importance de la planification dans la gestion de projet


Posted in Ma vie au boulot by mavieaub - Jan 22, 2013

Ceux qui me suivent depuis quelques temps connaissent certainement mon point de vue concernant le retroplanning, ou comment ne pas tenir compte de la réalité d’un projet et définir une date de livraison en dépit du bon sens, juste parce qu’il faut, …, ou pour le plaisir de faire chier je ne suis pas encore certain.
En tout cas, un retroplanning c’est mal, ca veut dire que c’est déjà trop tard.

Par contre il existe autre chose qui y ressemble et que des écoles enseignent à des étudiants en mal de connaissances. Parfois même, les entreprises envoient leur salariés en formation pour leur faire une piqûre de rappel.
Cette chose s’appelle un planning, et dans la gestion de projet, c’est important. Même moi je le reconnais.

planification_gestion_projet

Par contre faudrait voir à le désacraliser.

Parce qu’au final, un planning, c’est quoi?

C’est rien de plus que de se dire que pour aller d’un point A à un point B, il faut passer par une succession d’étapes qu’il sera bon de définir avant, qu’il faudra s’y tenir et qu’il faudra partir à l’heure sous peine d’arriver en retard.

Ca parait pas super clair comme ça, et pourtant même mon fils de 4 ans a compris le concept.

Quand je lui demande d’aller prendre son bain, il sait qu’il doit passer par les étapes suivantes
1- faire couler le bain
2- se déshabiller
3- aller dans le bain
4- se laver
5- sortir du bain
6- se sécher
7- s’habiller

Les étapes 1 et 2 peuvent même être parallélisées, c’est un mot barbare sur lequel je reviendrai un jour prochain, mais en gros ça veut dire qu’il peut faire couler son bain en se déshabillant.
Par contre, il ne peut pas se déshabiller dans le bain (donc tout ne peut pas être parallélisé), ni se laver après s’être rhabillé (donc l’ordre des tâches est important), simple question de bon sens.
Egalement, il peut être intelligent de faire couler le bain pour lui afin que la température soit la bonne, tout le monde ne peut pas être expert en tout. Et de la même manière, pour ne pas qu’il soit habillé n’importe comment on peut lui choisir ses vêtements, mais ca c’est juste de l’ergonomie.

Si vous avez compris ça, vous avez tout compris à la planification.
Pour la gestion de projet, votre rôle consiste juste à vous assurer qu’il suit bien toutes les étapes du planning, dans l’ordre et sans en sauter.

En poussant encore un peu plus loin, on peut même définir une durée pour chaque étape, et donc savoir à quelle heure il aura fini son bain. Là ça demande de l’expérience, mais c’est faisable, et si vous en êtes capable, vous pouvez devenir chef.

Voilà, vous êtes parés pour aller fanfaronner au boulot, pas besoin d’aller en formation, demandez une prime à la place, et envoyez moi un peu d’argent pour me remercier.

A noter que je vous parle de ça aujourd’hui parce que j’ai fait des illustrations pour le site de Cédric, et qu’en gros feignant je me suis dit que j’allais me resservir de ces belles illustrations pleines d’un humour exquis qui est le mien. Et oui, mes chevilles vont bien.
Et si vous voulez approfondir la gestion de projet pour une raison quelconque, y’a un p’tit gars, Jean-Philippe, qui en parle très bien.

A bientôt les gens. 🙂

Jan
22

Et si on faisait une réunion


Posted in Ma vie au boulot by mavieaub - Juin 26, 2012

Et si je chiais dans tes chaussettes… 🙂

Comme on ne change pas une méthode qui ne marche pas, je continue à passer mes journées en réunion pour en théorie « trouver des solutions aux points de blocage »…

Alors bien entendu, on pourrait facilement penser qu’il serait plus efficace de chercher les solutions à ces problèmes devant son PC, seul ou avec le responsable de l’application qui pose problème, mais ce serait trop facile.
C’est tellement plus rigolo d’inviter à une réunion de 2 heures 20 guguss qui cherchaient justement une excuse pour ne rien foutre de la journée.
C’est tellement plus efficace d’affecter des actions à des mecs qui ne sont pas invités à cette fameuse réunion, et d’oublier de faire le suivi de ces actions.
C’est tellement plus professionnel de faire le mort une fois la réunion terminée pour être certain d’être invité à la prochaine réunion, quand rien n’aura changé et qu’il faudra à nouveau trouver une solution dans l’urgence.

Bref, on se marre bien, et moi je dessine… 😀

Ma réunion d’hier ressemblait à ça

dessin_reunion

Et moi sur mon cahier, j’ai dessiné ça
ambiance_en_reunion

Ne me demandez pas d’explication, il n’y en a pas, mais je pense qu’il y a moyen de me psychanalyser grave avec ce dessin…

A bientôt les gens.

Juin
26

Et si on faisait un retro planning!


Posted in Ma vie au boulot by mavieaub - Mai 14, 2012

faire_retroplanning_boulot

Et si je te défonçais la gueule à coup de masse…

Car entendons-nous bien, par définition un retro planning c’est le mal, et le mal ne peut pas fonctionner!

Petit rappel, un retro planning consiste à imposer une date limite de livraison sans prendre en compte le temps réel nécessaire pour finaliser le projet, puis à définir de manière totalement arbitraire et parfaitement stupide les différentes étapes et le temps qu’il faudra pour arriver à bon port.

Pas besoin d’avoir fait de longues études pour voir les limitations intellectuelles de cette méthode. D’ailleurs mon fils de 7 ans lui même traiterait de crotte de caca mou toute personne lui imposant une telle logique.

La preuve par l’exemple.
Je veux faire un gatôôô, parce que les gatôôôs c’est bon.
Attention, c’est une vraie recette, je la fais souvent (enfin quand c’est la saison des reine claudes), et c’est supra bon!

La tarte aux reine claudes :
– 250g de farine,
– 125g de beurre,
– 100g de sucre
– 1 oeuf
– des reine claudes (comme je fais ca au pif, disons un demi kilo, s’il y en a trop vous pourrez les manger comme ca, c’est bon les reine claudes)

1/ Mélanger dans un grand saladier la farine, le beurre, le sucre et l’oeuf à la main jusqu’à obtention d’une pâte homogène (le mélange doit s’effectuer à la main).
2/ Dénoyauter les reines claudes, et les couper en 2.
3/ Etaler la pâte dans un plat beurré (à la main toujours)
4/ Disposer les reine claude dans le plat de manière régulière
5/ Saupoudrer de sucre
6/ Mettre au four thermostat 7 de mémoire
7/ Faire cuire 35/40mn environ (jusqu’à obtention d’une belle couleur dorée)
8/ Manger!

Moi : « Voilà chef, ma recette est toute simple, il faut 30mn de préparation et 40mn de cuisson, soit 1h10 minimum.
Je ne peux pas aller plus vite parce qu’il faut dénoyauter mon kilo de reine claudes, faire la pâte, disposer les aliments et faire cuire. »
Le chef : « Super, mais moi j’ai promis aux invité qui sont déjà là que la tarte arriverait dans 30min, c’est super important, je joue mon augmentation et ma progression au sein de l’entreprise sur cette tarte. »
Moi : « d’accord chef, sauf que c’est pas possible en 30min, c’est moins que le temps de cuisson »
Le chef « impossible n’est pas une solution. Faisons un retro planning pour y arriver. Je vois deux étapes dans la réalisation de ta tarte, la préparation et la cuisson. La cuisson prend plus de temps, on va lui accorder 20mn, en mettant le four plus chaud ca va compenser, et pour la préparation, 10 min ca sera suffisant, il suffira d’aller plus vite. Donc on a 10min de préparation, 20min de cuisson, en 30 minute j’ai ma tarte, mes clients sont contents, et j’ai mon augmentation ».
Moi : « chef, j’ai comme un léger doute quant à l’aspect réaliste de votre méthode. En 10 minute je ne peux pas tout préparer, je n’aurai jamais le temps ne serait-ce que de dénoyauter mon demi kilo de reine claudes, je ne parle même pas du temps de pétrissage de la pâte! »
Le chef : « tout est toujours compliqué avec vous. Pour vos reine claudes, on va lotir : pour le premier lot, on ne va pas les denoyauter et on dira aux clients qu’ils auront une version dénoyauter dans un deuxième temps. Pour faire votre pâte, on va plutôt mettre tous les ingrédients directement dans le plat à tarte, l’important c’est que mes clients voient le travail et puisse se rendre compte du potentiel. En suite une fois qu’ils l’auront mangé on fera des ajustements ».
Moi : « donc si je vous suis bien, je met directement dans le plat ma farine, mon beurre, mon sucre, mon oeuf et mes reine claudes avec les noyaux, et je met le tout au four à fond pendant 20 minutes »
Le chef « Voilàààà, c’est pourtant pas compliqué, heureusement qu’on a fait un retro planning, maintenant on y voit plus clair! Au boulot »

Bien entendu dans un tel cas de figure, je ne dis pas au chef que ce qu’il va servir à ses clients c’est une omelette au plâtre trop cuite avec des reine claudes carbonisées qui ont encore leurs noyaux. Après tout, ce n’est pas de mon augmentation dont il est question

Pour les plus sceptiques, cette démonstration n’a rien de caricaturale, c’est exactement le mode de fonctionnement de grands nombres d’entreprise.

Enfin moi je m’en fous, il me reste les reine claudes à manger. 🙂

Bonne semaine les zenfants.

Mai
14

Pourquoi les projets en entreprise ne peuvent pas marcher – Allégorie


Posted in Ma vie au boulot by mavieaub - Fév 21, 2012

Ca fait longtemps que je cherche à faire une illustration qui résumerait parfaitement ce que c’est que de travailler sur un projet en entreprise, projet informatique ou autre cela n’a pas d’importance.
Je crois avoir pour la première fois à peu près bien réussi…

gestion_projet_en_entreprise

Depuis plus de 10 ans que je travaille en entreprise, des grosses, des petites, des sociétés de service, des grands groupes, des entreprises innovantes, des banques, etc…
Bref, j’ai vu pas mal de choses et j’ai travaillé sur de très nombreux projets. Et ils avaient tous au moins un point commun : on ramait pendant que d’autres au dessus prenaient des décisions stupides au mauvais moment en dépits du bon sens et sans tenir compte des besoins réels des gens du dessous. Le paradis.
Non, je ne suis pas fataliste, ni négatif, je dirai même plutôt que je suis malheureusement réaliste, ce qui ne me laisse pas moins dubitatif.
Comment en sommes-nous arrivé là ?
C’est une bonne question, mais je n’ai pas la réponse… Il n’y a pas si longtemps un collègue m’a dit que pour lui le virage s’est amorcé lorsque les gens de métier ont été remplacés par des financiers. Les décisions prises ne tenaient alors plus compte que de l’aspect financier. C’est peut être la bonne raison, surement pas la seule…

Bienvenu dans le monde du travail.

Alors oui, il parait qu’il existe des entreprises formidables, des projets fantastiques, des métiers merveilleux, des endroits ou il fait bon vivre, ou on n’a pas l’impression de se lever le matin pour aller à l’abattoir, mais je n’ai pas encore trouvé. Si vous en connaissez et qu’ils cherchent du monde, pensez à moi…

Bonne fin de semaine quand même les zaminches, et n’oubliez pas, tant que tout va bien, tout va bien (proverbe approximativement guatémaltèque, approximativement traduit)

N’oubliez pas de me suivre sur facebook, sur twitter et faites suivre ce post à tous vos amis! 🙂

Fév
21