La preuve que l’entretien annuel ne sert à rien


Posted in Ma vie au boulot by mavieaub - Déc 15, 2015

Cela n’aura échappé à personne, le mois de décembre est là.
Et qui dit décembre dit … Noël.

Oui Noël c’est vrai, mais là on s’en cogne, ce n’est pas le sujet.

qui dit décembre dit … Entretien annuel !!

Enfin en théorie.

Je vous la fais courte, dans une entreprise normale, en fin d’année on passe un entretien annuel qui est censé être un moment privilégié avec son manager pendant lequel on revient sur ses réalisations de l’année, ses moments forts, ses réussites, ses échecs aussi. Bref, on parle et on aborde le sujet délicat de la rémunération.
Le manager fait semblant de s’y intéresser, prend des notes, prend en compte nos aspirations pour l’année à venir, et ensemble on définit des objectifs.
Ensuite il assiste à une grand messe avec les grands chefs et les DRH et ensemble ils passent en revue chaque personne pour savoir si oui ou non ils vont avoir une augmentation.

Bon, je ne vous le cache pas, c’est la théorie, enfin c’est ce qu’ils veulent nous vendre.
En vrai, comme je l’ai déjà dit plusieurs fois, ils s’en tapent royal et ils donnent des augmentations à leurs copains chefs, aux sous chefs et ils distribuent les miettes à ceux qui gigotent pour se faire voir et se font mousser.

Je sais pertinemment que certains lecteurs ne me croient pas, ou pensent que j’exagère.

J’ai cette année la preuve de ce que j’écris.

J’avais déjà eu cette preuve indirectement, mais pour la première fois, j’y ai le droit moi aussi.

Cette année donc, les entretiens annuels auront lieu en janvier, 1 mois après la grand messe entre chefs.
En gros, ils vont se réunir et décider de nos augmentations et de notre avenir sans nous avoir consulté auparavant.

entretien_annuel_bureau

C’est pas formidable comme concept !! 🙂

N’est-ce pas une marque flagrante de foutage de gueule ? 🙂

Cela dit, je sais déjà ce que je vais demander pour l’année prochaine. Qu’il fasse mon entretien annuel sans moi puisque c’est une perte de temps flagrante. Pas certain qu’il le prenne bien, mais c’est pas grave.

Ahhh, qu’on est bien…

Heureusement que c’est bientôt les vacances.

Déc
15

Entretien annuel – entretenons la désillusion


Posted in Ma vie au boulot by mavieaub - Jan 26, 2015

Janvier.

Période des entretiens annuels dans toutes boites qui se respectent.

Et mon entreprise ne déroge pas à la règle.

J’ai donc passé mon entretien annuel il y a quelques jours. C’était assez formidable.
Formidable parce que selon les dires de mon grand chef, j’ai passé une super année 2014, avec des résultats parfois « au delà des attentes ».

Cela ne veut pas dire que je me suis défoncé au boulot jusqu’à pas d’heure, oubliant ma vie de famille et ne vivant que pour mon employeur. Cela veut seulement dire que j’ai fait le travail demandé dans les temps.

Pour les chefs c’est être au delà des attentes. Ils sont tellement habitués à filer des choses infaisables dans le respect du planning quel lorsque quelqu’un y arrive, c’est fabuleux.

Fort de ces résultats et motivé par une stagnation salariale devenant pesante, j’ai osé poser la question qui fâche : ne serait-il pas temps de penser à m’augmenter ?

HAHAHA

La bonne blague… :/

Je le sais pourtant que cela ne sert à rien de demander, que l’entretien annuel n’est pas l’endroit ou cela se joue. Celui qui fait passer les entretiens est en général le responsable direct, le N+1 comme on dit. C’est juste un pauvre type qu’on a mis là pour qu’il arrête de demander des augmentation, il n’a absolument aucun poids dans la prise de décision.

Les augmentations se jouent à un niveau stratosphérique suivant un schéma bien rôdé :

Dans la stratosphère : Hey, les mecs, l’entreprise a encore gagné des millions, si on se gavait !
Un mec avec un semblant de conscience : On s’est déjà bien gavé depuis le début de la crise, on pourrait peut être en redistribuer aux employés sans qui nous ne gagnerions rien !
Les autres : T’es pas fou toi ! Ca fait des années qu’on leur lave le cerveau avec nos histoires de crises, de réduction des coûts, de serrage de ceinture… si on commence à leur donner quelque chose maintenant, ils risquent de se rendre compte que les pipote depuis des années ! Non, le mieux c’est encore de se gaver et de leur filer des miettes.

Un sous chef stratosphérique arrive alors pour prendre les miettes. Il mange les plus grosses et donne les poussières de miettes aux chefs des sous fifres avec le message suivant :

« Cette année encore, pour des raisons de crise économique, les enveloppes budgétaires pour les augmentations seront réduites au maximum afin de donner toutes les chances à l’entreprise de traverser cette épreuve en évitant les réductions d’effectifs. C’est grâce à votre travail, à votre confiance dans votre entreprise que nous y arrivons année après année, et tous les cadres dirigeants vous remercient. Cette année 2015 s’annonce belle, avec plein de projets motivants qui demanderont toute votre implication.
Merci de faire passer le message à vos équipes »

Les sous chefs passent alors le message à des sous chefs de sous chefs, non sans s’être servi au passage, et ainsi de suite jusqu’à votre chef qui aimerait peut être vraiment vous donner quelque chose, sauf qu’il n’a plus rien et qu’il doit partager ce rien entre toutes les personnes de son équipe. Et de toute façon ce n’est en général pas lui qui décide, mais son chef, voir le chef de son chef, oui celui là même qui s’est gavé.
Notre chef à nous et juste le messager.

augmentation_crise_entreprise

Pour résumer ce long post confus je vais pouvoir m’asseoir sur mon augmentation cette année encore, ce qui me donnera de la matière pour ce blog. 🙂

Jan
26

Quels sont vos meilleurs atouts pour bien aborder votre entretien annuel – les clés de la réussite.


Posted in Ma vie au boulot by mavieaub - Déc 5, 2013

Cela n’aura échappé à personne, noël arrive à grand pas, mais avant cette grande échéance dindonnesque, il y a une autre étape obligatoire en entreprise : l’entretien annuel.

Je vous en ai déjà parlé plusieurs fois, vous devriez donc maintenant savoir que l’entretien annuel ne sert à rien.
C’est juste de la poudre aux yeux pour donner l’impression aux sous fifres que nous sommes que nous restons maîtres de nos carrières respectives.

La bonne blague…

Partant de ce principe de base, il est aisé de comprendre que rien ne sert de stresser 3 semaines avant l’échéance.
Mais paradoxalement, ce n’est pas parce qu’il ne sert à rien que l’entretien annuel n’est pas important !

entretien annuel

Pas d’inquiétude, je vais vous éviter l’affront de vous donner des conseils à la con comme en sont friands de nombreux sites de management :

  • il faut bien s’habiller… Je me marre (aux canards), moi qui voulait y aller en short et en tongues pour bien montrer à mon chef que sa boite je m’en bat les roubignoles.
  • Placez-vous dans un état d’esprit positif et constructif… Ah bah non alors, mais je vais y aller comme si j’allais à la guerre, avec la ferme intention de lui foutre un coup de pelle, ce sera vachement plus constructif comme entretien.
  • Listez ce qui vous satisfait dans votre poste actuel… comme ça votre chef pourra vous y laisser puisqu’il y a tellement de choses qui vous plaisent, pas de raison d’évoluer…

Bref, tous ces bons conseils qui ne sont rien de plus que du bon sens. Pas de ça ici.

Non, moi je vais vous dévoiler en exclusivité mondiale vos meilleurs atouts pour que vous puissiez vraiment aborder votre entretien annuel de la meilleur façon.

1er – Profitez de l’effet de nombre.
C’est pourtant logique, vous n’êtes pas le seul à devoir passer votre entretien annuel !
Ce qui veut dire que votre chef a plein d’entretiens à faire passer !
Cela va devenir un atout pour vous. Si vous avez 1 entretien à préparer, le vôtre, votre chef en a autant que de personnes qu’il dirige.
Profitez-en pour lui mettre un petit coup de pression pour qu’il prépare bien votre entretien, et demandez à vos collègues d’en faire autant…

2em – Jouez avec le flou artistique
Ca rejoint le 1er point. Vous savez précisément ce que vous avez fait dans l’année, mais votre chef, lui, ne peut pas tout savoir.
Jouez avec ces zones d’ombres pour embellir la réalité.

3em – Vous n’avez rien à perdre
Souvenons-nous de l’objectif principal d’un entretien annuel.
Faire un bilan de l’année écoulée et définir des axes d’amélioration et des objectifs pour l’année à venir.
On remarque bien qu’il ne se décidera rien d’important pendant votre entretien annuel : la définition des objectifs étant un des plus grands foutage de gueule du monde de l’entreprise, les axes d’amélioration permettant juste d’avoir droit à des formations (si le budget de l’entreprise le permet), votre évolution de carrière étant décidé dans des hautes sphères auxquelles nous n’avons pas accès et votre augmentation, vous pouvez vous asseoir dessus encore cette année la crise n’en finissant pas de ne pas finir.
Il faut donc désacraliser l’entretien annuel, et bien comprendre que vous y allez juste parler de ce que vous avez fait dans l’année.
Oui, vous avez bien compris, c’est du pipo flutte.

Avec ces éléments en main, vous voilà prêts pour aborder sereinement votre entretien annuel, en attendant Noël.

Et pensez à mes cadeaux.

Commentaires fermés sur Quels sont vos meilleurs atouts pour bien aborder votre entretien annuel – les clés de la réussite.
Déc
5

Quelles sont les techniques pour réussir son entretien annuel ?


Posted in Ma vie au boulot by mavieaub - Déc 17, 2012

Cela n’aura échappé à personne, la fin de l’année approche, et avec elle, noël, les cadeaux, Tino Roussi, le nouvel an, les gens qu’on ne veut pas voir, la fausse bonne humeur matinée de slogans improbables, et surtout, surtout, les entretiens annuels.

Vous aurez remarqué, j’ai omis de parler de la fin du monde programmée pour la fin de la semaine pour la simple et bonne raison que c’est du pipo flûte. Si j’ai le temps avant la fin du monde, je vous en parlerai. Mais là tout de suite, c’est l’entretien annuel qui nous intéresse.

reussir_son_entretien_annuel

Incontournable en entreprise, l’entretien annuel est l’évènement qui devrait permettre de remettre les choses à plat lors d’un dialogue factuel et privilégié avec son responsable. Bon, en vrai, c’est plutôt le moment où on demande des pépettes que l’on se voit immanquablement refuser pour la simple et bonne raison que c’est la crise ma bonne dame.

Faut-il alors penser que l’entretien annuel ne sert à rien ?

Au début de ma carrière professionnelle (tousse tousse) je pensais l’inverse. J’étais persuadé que l’entretien annuel était réellement utile. C’est beau la jeunesse, c’est plein de naïveté, j’en ai la larme à l’oeil…
Je le préparais avec soin, listant les tâches effectuées dans l’année, analysant les raisons de mes réussites mais aussi de mes échecs. Avais-je atteint mes objectifs ? Quels avaient été les moments difficiles ? Qu’est-ce que j’avais mis en place pour les surmonter ? De quels outils avais-je eu besoin ? Qu’elles étaient mes qualités, et surtout mes axes d’amélioration ? Et enfin, pourquoi je méritais une augmentation, et combien !
Bref, j’étais fin prêt pour aller voir mon manager et discuter avec lui, sur de bonnes bases, avec des faits, rien que des faits.

Ça a duré 5 ans, et sur ces 5 ans, 4 échecs, donc 1 seule augmentation, la 1er année (faut dire que je partais de très très bas). Les autres années, peau de zob. C’était d’abord la faute à la crise, puis la faute à la conjoncture, puis la faute aux résultats du groupe insuffisants, puis ma faute à moi parce que j’étais rien qu’un gros méchant qui demandait une augmentation (véridique).

Prenant en considération mon immense ras le bol, j’ai donc démissionné, et j’ai retrouvé un CDI avec 15% d’augmentation ! Il était donc possible d’être augmenté, il suffisait de se barrer !

S’en est suivi une nouvelle tentative sérieuse d’entretien annuel pour rien, puis plusieurs années pendant lesquelles je n’en avais plus rien à foutre. J’y allais comme un gros touriste, sachant pertinemment que la décision finale ne dépendait pas de ma seule prestation lors de cet entretien, ni même de ce que j’avais fait pendant l’année, mais de bien d’autres paramètres qui me dépassaient. Comme dirait l’autre, la vérité est ailleurs.

Après ce long préambule nimbé de nostalgie autobiographique, mais qui vous aura quand même donné quelques pistes, voici le gros du sujet :

Comment doit-on aborder son entretien annuel, et comment le réussir à coup sûr ?

Première chose à savoir, tout comme le stress (ou le trac) ne dépend que de l’importance que l’on donne à l’évènement qui nous stresse (ou nous donne le trac), l’entretien annuel ne doit pas être attendu comme l’évènement le plus important dans l’année de travail qui vient de s’écouler, sous peine de tomber de très haut. Plus simplement, l’entretien annuel c’est incontournable, mais rien ne s’y décide vraiment.
Donc, il faut quand même mieux y aller à la cool, sans penser que c’est pendant cet entretien que ce joueront notre hypothétique augmentation (que l’on n’aura pas de toute façon parce que c’est la crise, je l’ai déjà dit, faut suivre un peu !!!) ou notre future évolution (que l’on ne veut pas parce qu’on est bien au chaud).

Qu’est-ce que j’en sais ?

Pas grand-chose, sauf que les enveloppes budgétaires pour les augmentations sont votées en marge des entretiens, et re dispatchés en fonctions de critères qui nous dépassent et qui ne dépendent pas de notre entretien mais en partie (et en partie seulement) de l’image que ce font de nous nos grands grands chefs (ceux qu’on ne connait que de nom, et encore), en se basant sur les bruits de couloirs que nos grands chefs auront reçus de nos chefs lorsque ceux-ci n’auront pas été trop lâches pour tenter de nous défendre. Bref, c’est très loin de nous.

Y aller à la cool, oui, mais pas sans préparation, et c’est là que c’est plus compliqué !

Il ne faut pas y aller comme un gros touriste, c’est mal (même si ça fait du bien). Il faut quand même savoir de quoi on parle, et surtout, être capable de se défendre, en argumentant. Il faut toujours rester factuel (les faits sont incontestables), éviter les généralités, ainsi que les attaques personnelles (c’est pas ma faute à moi, c’est machin qui a fait ci ou pas fait ça).

C’est important de se défendre et de se vendre un peu (le pipo est votre ami), parce que s’il est vrai qu’on ne sera pas augmenté, ce n’est pas pour ça qu’on ne peut rien avoir.

On peut toujours grappiller des formations, une évolution dans son poste (si on en a envie bien entendu, car rien ne nous oblige à passer de trouffion de base à expert de rien du tout ou chef de son PC, on peut très bien choisir de rester rien du tout toute sa vie professionnelle et très bien le vivre), une prime (là c’est champagne)!

Pour construire son argumentaire, il faut partir des objectifs qu’on vous avez fixé, et pour chaque point être capable de dire si on a réussi, comment, pourquoi, et de même si on n’a pas réussi.
Je reviendrai dans un autre article sur la bêtise de 80% des objectifs pour montrer les limites du système. Mais le système étant basé sur ces objectifs, il vaut mieux maîtriser le sujet. A ce propos, s’il y a un truc qu’il peut valoir le coup de négocier pendant son entretien annuel, c’est bien ses objectifs pour l’année à venir. Plus ils sont simples, plus on aura de chance de les atteindre, c’est imparable!

Et là vous vous dites que cet article ne vous a rien appris, que c’est vraiment un blog pourrave qui ne vaut pas mieux que ce qu’il dénonce. Alors moi je dis oui, mais non c’est même pas vrai. Je viens de vous apprendre un truc formidable : il faut désacraliser l’entretien annuel ! C’est important, mais ca ne sert à rien!
Et comme je suis gentil, je vous offre en cadeau, quelques réponses aux questions types :

Quelles sont vos principales réussites cette année ?
Vous devriez le savoir, mes plus grandes réussites sont celles pour lesquelles vous avez tiré toute la couverture à vous… Votre augmentation, c’est un peu grâce à moi que vous allez l’avoir. Alors que moi, je vais encore pouvoir m’assoir dessus.

Quels problèmes avez-vous rencontrés et comment les avez-vous surmontés ?
Travailler avec vous, ça compte ? Sinon, juste comme ça, si vous n’êtes pas au courant des problèmes que j’ai rencontré, c’est que vous êtes un piètre responsable… Enfin je dis juste ça comme ça, sans aucune animosité.

Quels sont vos axes d’amélioration ?
Les miens je ne vois pas bien, j’aurai besoin d’un avis extérieur compétant, par contre concernant les axes d’améliorations des gens qui m’entourent, de mes chefs, ou les axes d’améliorations des processus qui sclérosent mon travail de tous les jours, j’ai pas mal d’idée.

A quel poste vous voyez vous dans 5 ans ? Et dans 10 ans ?
Dans 5 ans, à votre place, c’est pas mal. Déléguer, ne rien foutre, prendre des décisions sans aucune conscience de la réalité, profiter des retombées positives, avoir les meilleures primes. Bref, ça me plait bien. Et dans 10 ans, je me vois bien loin d’ici, au bord d’une piscine dans un pays chaud.

Voilà ! Avec ces réponses, aucun doute que vous allez faire beaucoup d’effet lors de votre prochain entretien annuel.

A noter qu’on peut également les utiliser partiellement lors d’un entretien d’embauche.

A bientôt les gens. 🙂

Déc
17