Quelques bons conseils pour devenir un meilleur chef de projet


Posted in Ma vie au boulot by mavieaub - Fév 28, 2013

La gestion de projet, un grand tout et surtout un sacré n’importe quoi qui reste le saint Graal pour nombre de jeunes débutants.

Ils apprendront bien assez tôt que devenir chef de projet ne signifie pas grand chose.

Mais ce n’est pas pour ca qu’il ne faut pas les aider à devenir de meilleurs chefs de projet.

Partant du principe que la meilleure école reste l’expérience, Jean-Philippe du blog Any Ideas – Pour les chefs de projets malins, a décidé de laisser la parole à des chefs de projets confirmés pour qu’ils expliquent leurs méthodes et qu’ils donnent des bons conseils.

9 chefs de projets ont participé à cet évènement donnant même lieu à un ebook récapitulatif, une mine d’informations !

conseil pour chefs de projets

De bons conseils, pour ceux que ca intéresse bien entendu et surtout pour ceux qui veulent devenir de meilleurs chefs de projets. 😉

Et moi dans tout ça, est-ce que j’ai vraiment des conseils à donner à des chefs de projets débutants? Dans la théorie oui, sauf que non. Moi j’ai juste fait les illustrations pour cet évènement, mais c’est pas pour ça qu’il ne faut pas aller lire les conseils.

conseil pour chefs de projets

Bon, c’est mon jour de bonté, je vais quand même vous donner un super conseil : protegez vos arrières!

Ce conseil là on ne vous le donnera pas assez, mais contrairement à ce qu’on pourrait penser, en entreprise on a des enemis, des gens qui voudront vous écraser, qui attendront que vous baissiez votre garde pour vous marcher dessus.
Pour éviter ça, il faut se protéger, en écrivant tout par mail, en demandant systématiquement à ce que toutes vos décisions soient cohérentes et prises en accord avec les autres acteurs, en faisant valider les points importants par vos supérieurs, etc…

Parce que le coup du

« Pourquoi t’as fait ça ? »
« parce qu’on en avait parlé et que vous m’aviez donné votre accord »
« ah ouais, je ne m’en souviens pas, je vous l’ai confirmé par mail, vous m’avez envoyé toutes les informations? »
« heuu, non, mais vous étiez en copie de tout, et on en a parlé, et vous m’avez dit oui »
« peut être, mais avec tous les mails que je reçois, je ne lis pas tout, je n’ai pas le temps, votre rôle de chef de projet c’est de m’envoyer une synthèse, là vous ne l’avez pas fait, vous avez pris une décision sans mon accord, c’est votre faute, bouuuuu, gros vilain, pas d’augmentation »

Oui, c’est du vécu. Donc, chefs de projets, protégez vous.

Bon, sur ces belles paroles, à bientôt les zamis.

Fév
28

Pour être un bon freelance, …


Posted in A part by mavieaub - Fév 22, 2013

…insufflez un supplément d’âme dans votre travail !

un bon freelance a une ame

C’est la théorie avancée par Stéphanie, interviewée sur le blog du freelance.
Pour réussir en tant que freelance, il faut savoir se différencier, se mettre en avant.

Le contact a une réelle importance pour les freelances. Quand on travail avec un freelance, on travail avec une personne, et c’est cette personne qui est importante, le courant doit passer.

Comment cela doit-il se traduire pour les freelances ? Par la personnalité, et la personnalisation de l’offre. On doit amener un supplément d’âme à ses produits ou services.

Plus facile à dire qu’à faire, mais quand on y refléchit, ca se tient. Les freelances ne sont pas des machines, ni même des grosses structures, mais des hommes (ou femmes), si on travail avec eux c’est qu’on veut privilégier le côté humain, la personnalité, c’est donc important en tant que freelance de la mettre en avant.

Bon, sur ces belles considérations, je vais me préparer pour le week end moi. 🙂

Commentaires fermés sur Pour être un bon freelance, …
Fév
22

C’est officiel, limiter l’accès à internet au boulot diminue la concentration…


Posted in Ma vie au boulot by mavieaub - Fév 20, 2013

Ce n’est pas moi qui le dit, mais une étude très sérieuse effectuée par des chercheurs qui ne devaient plus avoir de rats ni de hamsters à torturer et qui se sont donc mis à faire des expériences sur des ingénieurs.

Quand on y pense, çà se tient, les ingénieurs n’étant de toute façon que les rats de laboratoires des entreprises : interchangeable, malléables, dociles…

Bref, l’expérience en question met les sujets face à une tâche ingrate, comme c’est souvent le cas en entreprise. En l’occurrence, il s’agit de compter des boules de couleur. Moi en ce moment je compte des ordinateurs, l’expérience n’est donc pas complètement farfelue.

Les cobayes, pardon les ingénieurs, sont séparés en deux groupes
Un premier groupe dans lequel les ingénieurs sont récompensés par une vidéo rigolote quand ils ont fini de compter,
Un deuxième groupe qui a un gros message pas gentil du genre « vous n’avez pas les droits pour accéder à la vidéo rigolote, retournez bosser bande de feignasses, vous avez encore des boules à compter ».

Les résultat sont sans appels, ceux qui ont accès à la vidéo font beaucoup moins d’erreur que les autres.

20130220-104928.jpg

Mais pourquoi ?

La réponse est aussi simple que les résultats sont sans appels, la frustration et la volonté de voir la fameuse vidéo rigolote épuise l’énergie des pauvres hamsters, pardon ingénieurs, qui sont alors moins concentrés.

Alors qu’on peut considérer que les autres sont récompensés, le fameux susucre au chienchien. Rigoler, faire autre chose, décompresser permet de rebooster sa concentration et de se remettre à bosser dans de bonnes conditions.

J’entends déjà les défenseurs du « toujours moins de liberté sur son lieu de travail » me jeter à la gueule une autre étude récente qui affirme, elle, tout le contraire. Perte de productivité, perte de sous, perte de tout à cause d’internet! A ces personnes je dirai d’aller regarder des vidéos rigolotes sur internet au lieu de faire la lèche à leur grands chefs qui ont eux même commandés ces études pour priver toujours plus leurs pauvres petits ingénieurs tristounets.

Surfer sur internet de temps en temps, pour aller chercher une info, regarder une vidéo, acheter des DVD ou réserver ses vacances ne fait pas baisser la productivité! On a du boulot, on a des tâches à effectuer, des livrables à rendre, des deadlines à respecter, on est au courant, on est des grands, on est donc tout à fait capable de savoir quand c’est le moment et quand ca ne l’est plus.

Par contre, nous traiter comme des gamins en interdisant purement et simplement l’accès à tous les sites internet « divertissant » est insupportable. Je ne vais pas passer 12 heures de ma journée à regarder des vidéos sur youtube. Je ne le fais pas quand je suis chez moi et que je m’emmerde, je ne vois pas pourquoi je le ferai quand je suis au boulot, ou alors juste pour faire chier mon chef, mais c’est une autre histoire…

Soyons encore plus clair, si je ne veux pas bosser, je n’ai pas besoin d’internet pour ne rien faire de ma journée, et je ne suis pas le seul. Rejeter la faute du manque de productivité sur internet est une erreur doublée d’une grosse bêtise.

Sur ces belles paroles, ca va vous ? Vous y allez souvent sur internet ? Ca fait baisser votre productivité ?

Fév
20

A la fin d’un projet, faut-il archiver ses dossiers ?


Posted in A part by mavieaub - Fév 15, 2013

Encore un article inspiré du blog du freelance, et qui m’a inspiré l’illustration du jour.

20130215-124250.jpg

La remarque à l’orginir de l’article est on ne peut plus juste, du début à sa finalisation, un projet génère beaucoup de documents et d’informations : compte-rendus, briefs, emails, rapports, reporting, specification fonctionnelles et techniques, …

Que faire de toutes ses informations une fois le projet terminé ?

Faut-il les archiver, et si oui, comment ? Quels sont les outils qui peuvent nous aider ?

En bref, plein de belles questions pour lesquelles je n’ai pas vraiment de réponse, comme d’habitude, mais des propositions pleines de bon sens.

Premièrement il faut distinguer les types de documents, il y a des documents papiers et des documents electroniques, des documents importants, parfois contractuels, et des document de travail.

Pas la peine d’avoir fait de longues études pour comprendre qu’à la fin d’un projet, tout se qui n’est pas important peut être bazardé. Les documents de travails, les mails d’échange, les expression de besoin, les notes… Ca fait déjà tout un tas de truc à foutre en l’air et qui ne nous encombrera plus.

En ce qui concerne les documents « importants », la question peut se poser. Doit-on garder par exemple les spécifications techniques détaillées d’un projet sur lequel on a bossé? Et le contrat ? Et le PV de recette fonctionnelle validant la mise en production d’un projet ?

A l’heure du tout électronique, j’aurai tendance à dire que si vous avez le document en mail, faite une archive de vos mails « importants » et conservez cette archive. Balancez le papier!

Si vous êtes freelance, ou prestataire et que vous changez régulièrement de mission, soyons honnêtes, même garder l’archive ne sert à rien.
J’ai longtemps fait ça, pensant que ce que j’avais fait sur ma mission précédente pourrait me servir sur ma nouvelle mission.

Pipo-flutte!

Je n’ai jamais relu un seul de mes documents, tant chaque mission est différente. A la limite on peut conserver les modèles de documents, mais même là, chaque entreprise à ses propres modèles, sa façon de travailler, pas simple d’arriver avec son propre modèle et de l’imposer.

J’ai aussi gardé tous mes cahiers de notes, j’ai 13 ans de cahier quelque part chez moi. Et je peux vous assurer que ca ne sert à rien. Je n’ai jamais relu une seule fois mes cahiers. Sauf que moi j’ai une raison, mes cahiers sont également remplis de dessins, et je ne garde pas les notes, mais mes gribouillis. Il m’arrive donc parfois de feuilleter un cahier au pif pour retomber avec plaisir sur mes dessins du moment.

A la question « faut-il conserver ses archives à la fin d’un projet », je répondrai donc que si ca vous fait plaisir, conserver des archives électronique light quelque part, et foutez le reste à la benne.

J’aurai même tendance à penser que comme à la fin de l’école, il ne faut pas hésiter à faire un feu de camp avec vos notes, comme vous l’aviez fait avec vos cours. (bon, moi je ne l’ai pas fait, mais c’est parce que j’ai plein de dessins sur mes cahiers de cours)

Bon week end les zaminches.

Fév
15

Jeu de mot du jour


Posted in Ma vie au boulot by mavieaub - Fév 12, 2013

Je ne pense pas avoir le temps d’écrire un formidable article sur ma formidable vie au boulot cette semaine, je me contenterai donc d’un de ces formidables jeux de mot super drôle dont j’ai le secret!

Je suis d’accord, cela fait beaucoup de « formidable » pour une seule phrase, mais que voulez vous, on vit à une époque formidable donc ça m’inspire.

jeu de mot

Sur cette belle illustration, je vous laisse aller à vos occupations, et surtout n’oubliez pas, ce n’est pas parce que vous êtes au boulot que vous devez tout le temps bosser.

Fév
12

Hootsuite – l’outil du vrai feignant.


Posted in A part by mavieaub - Fév 8, 2013

Soyons honnête, je ne connaissais pas cet outil il y a 2 jours, mais sur le papier ça a l’air pas mal!
Pensez donc, via une seule interface, il permet de gérer jusqu’à 5 réseaux sociaux.
On peut publier en même temps sur twitter, facebook, LinkedIn et Google +.
On peut même planifier des publications.
Un vrai truc de feignasse!

Bon, concrètement je ne l’utiliserai jamais, trop la flemme d’apprendre à m’en servir, et j’aime rester dans mon ignorance et tout faire à la main à l’ancienne, quitte à passer pour un réfractaire à toute nouveauté. Je suis un vieux con avant l’heure, et j’en suis fier. 🙂
Moi tout ce que je voulais, c’est une idée pour mon illustration de freelance du jour, et ce formidable jeu de mot pas drôle sur le mot hootsuite était l’occasion idéale.

20130208-124306.jpg

Fév
8

Comment faire pour gérer la pression au travail ?


Posted in Ma vie au boulot by mavieaub - Fév 5, 2013

C’est une recherche récurrente qui attire de plus en plus de monde sur mon site, preuve s’il en est que le stress au travail est un problème de société (ou qu’on a envie de nous le faire croire)

Et si vous lisez comme moi les journaux, qu’ils soient papier ou en ligne, vous vous en étiez certainement déjà rendu compte, parce que les articles traitant de ce sujet se multiplient.

Fort de ce double constat, me revoilà aujourd’hui pour vous donner de vrais bons conseils pour lutter efficacement contre la pression au boulot. (me revoilà parce que j’ai déjà traité le sujet du stress au travail il n’y a pas longtemps, mais comme on dit, mieux vaut deux fois qu’une)

Alors déjà, pression ou stress, de quoi parle-t-on ? J’ai un peu envie de dire que c’est la même chose. Ou plutôt que l’un entraîne l’autre, ils sont indissociables, unis comme les cinq doigts de la main, comme la force G pour les moins jeunes.

Vous travaillez en entreprise, vous êtes plein de bonne volonté, vous avez un boulot à faire, il vous faut objectivement, et sans flemmardise, 5 jours pour le faire, et là votre chef arrive, fier d’être le chef, et il vous le demande IMPERATIVEMENT pour le lendemain soir pour des raisons qui vous dépassent. Soit 2 jours au lieu de 5, et un planning tout chamboulé.

Le « impérativement » vous met la pression, l’impossibilité d’y arriver vous colle le stress, et les deux se nourrissent jusqu’à vous faire exploser en vol. Vous êtes le seul perdant.

Autre exemple, vous êtes responsable d’une application quelconque dans une entreprise encore plus quelconque. Cette application utilisée par plusieurs personnes tombe en panne. Personne ne sait d’où cela vient, sauf vous qui aviez prévenu tout le monde que les moyens mis à votre disposition pour maintenir cette application étaient insuffisant et que cela risquait d’avoir des répercutions.

C’est le genre de chose qui arrive tous les jours :

– Attention, je vous préviens que mon application tourne sur une technologie qui a 20 ans et que plus personne ne sait corriger en cas de panne.
– C’est pas grave, elle ne tombe jamais en panne de toute façon ton application. Et puis elle n’est pas si utilisée que ça…
– Heuuuu, si en fait, il y a 500 personnes qui l’utilisent tous les jours, et ils s’en servent pour calculer la paye.
– Ahhh, mais comme elle ne tombe pas en panne ce n’est pas grave. Et puis on n’a pas de budget maintenant, on est en plein recompte du nombre de trombones par personne pour faire des économies, pas le temps de s’occuper de ton application pour toi. Et puis c’est ton boulot de toute façon, c’est pour ça qu’on t’a embauché ! On ne va pas le faire à ta place !

Bien entendu l’application tombe en rade, la veille de l’impression des fiches de paye, et là le problème devient important.

Vous devez le corriger pour le soir même, sachant que vos développeurs sont en Inde, et que pour eux, c’est déjà l’heure de dormir. Stress, pression, problème insoluble, mal au ventre, stress, pression, alcoolisme…

gestion_pression_travail_entreprise

La pression et le stress sont donc partout dans nos sociétés !

Comme vous cherchez en permanence des articles pour vous aider à gérer le stress et la pression, vous êtes certainement déjà tombé sur tout un tas de conseils d’experts, tous plus experts les uns que les autres, conseils bien souvent inadaptés au travail en entreprise, ou trop vagues.

Par exemple :
– pour éviter le stress, planifiez votre semaine de travail à l’avance… HAHAHA la bonne blague. Et les imprévus, on en fait quoi ?
– Faites une todo liste de vos tâches à effectuer, classez les par importance et commencez par la plus importante. Et si le critère d’importance était une notion abstraite qui ne répondait qu’aux lois de la politique interne de votre supérieur direct (ou indirect)…
– Anticipez… Celle-là elle est bonne. Ça me rappelle une phrase célèbre de Bruce Lee : « pour contrer une attaque surprise, le mieux c’est de ne pas être surpris ».

Je ne vais pas tout lister, je n’ai ni le temps, ni l’envie.

Mais alors que faire pour lutter efficacement contre la pression et le stress au travail ?

Alors déjà les Shadoks ont répondu depuis des décennies à un des piliers du stress, l’insolvabilité d’un problème :
« S’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème »

Partant de ce postulat, la vie est déjà plus simple. Pas de solution à votre problème, c’est que ce n’est pas un vrai problème, ou que finalement ca marche très bien comme ça, même si ca ne fait pas tout à fait ce qu’on avait prévu, c’est pas grave !

Ensuite à ce premier postulat j’en rajoute un deuxième :
« Si personne n’en meurt, ça ne va pas m’empêcher de dormir »

Alors là, vous êtes gagnant. Comme moi, je ne pense pas que vous déteniez la vie de milliers de personnes dans vos petites mains. Le fait de rendre un compte rendu en retard, d’avoir une indisponibilité d’une application pendant 12 heures au lieu des 2 maximums autorisées ne va tuer personne.

Donc vous n’en avez rien à foutre !

C’est vulgaire, c’est violent, mais c’est vrai !

Je ne vais pas vous cacher que vous risquez d’être mal vu, votre plan de carrière risque de prendre du plomb dans l’aile, mais adieux le stress. La pression n’aura plus aucune emprise sur vous, et même mieux, voir les gens s’affoler autour de vous parce qu’il y a une panne du système informatique vous fera beaucoup rigoler.

A bientôt les gens, et bonne semaine.

Fév
5

Freelance : Facebook m’a tuer…


Posted in A part by mavieaub - Fév 1, 2013

Ahhhh, les réseaux sociaux, tout une histoire, pas si longue mais déjà terriblement tumul-tueuse, c’est le cas de le dire…

Bref, le freelance se lance, comme à son habitude, dans une grande aventure. Il veut aider les autres freelances à utiliser les réseaux sociaux plutôt qu’à les subir.

Se développer grâce à Facebook ou à twitter, surfer utile au lieu de perdre son temps. Bref, réussir à gagner des clients et donc de l’argent sur les réseaux sociaux ! Tout un programme!

20130201-160552.jpg

Je ne sais pas s’il va y arriver, mais moi je retourner surfer inutile puisque ca ne me rapporte rien,

Et vous, vous êtes Facebook ou Twitter, ou autre? Ca vous sert?

Je rappel d’ailleurs à tout le monde que vous devez (oui, c’est un devoir) me suivre sur facebook et sur twitter.
Je vous invite même à en parler à tous vos amis.

Et bon week end les zaminches! 🙂

Fév
1